Mot-clef : US Social Forum

Airs purs

Écrit par – 16/07/2010

Plus…

Les raisons d’un forum

Écrit par – 07/07/2010

William Copeland est l’un des « employés » du Forum Social des États-Unis – ils sont un peu plus d’une douzaine, au total. Will fait partie des quelques salariés du forum basés sur place, dont le travail est (était) notamment d’animer la mobilisation locale. Il est né à Detroit, de parents venus des plantations de canne du Sud des États-Unis pour trouver des jours meilleurs, en se faisant embaucher dans l’industrie automobile.

Principalement blanche jusqu’à la grande dépression, Detroit s’est largement ouverte aux « peoples of color » et compte désormais 89% d’afro-américains. L’industrie automobile a largement embauché les travailleurs des plantations du Sud pour contrecarrer l’activités des ouvriers (polonais et italiens) très syndiqués, lors de la grande dépression. Le mouvement s’est accentué lorsque l’effort de guerre a débouché sur la conversion de l’industrie auto vers l’armement  (en quelques jours à peine – comme quoi convertir massivement une industrie est possible…), la ville devenant plus attractive encore.

Après guerre, la ville amorce son déclin. Les « blancs » vont alors quitter la ville, lentement d’abord, puis massivement après les émeutes de 1967 : fin juillet, des policiers font une descente dans un bar clandestin, et arrêtent 85 personnes, réunies pour fêter le retour de combattants sur le front du Vietnam (sur fond de mouvement anti-guerre, très répandu dans la communauté afro-américaine de Detroit). Un rassemblement s’organise rapidement devant le commissariat où les 85 sont gardés à vue, qui s’étend rapidement, et tourne au pillage des magasins alentours : expression du ras-le-bol des afro-américains devant la ségrégation raciale (les magasins pillés appartenait principalement à des blancs).

Plus…

Come on !

Écrit par – 26/06/2010

À chaque forum, ou presque, divers réseaux de chercheurs/militants organisent un séminaire sur le forum lui-même, pour discuter de son devenir, de ses limites. Ils réunissent des chercheurs, des intellectuels et des organisateurs des différents forums. Ici, à Detroit, le séminaire s’est étalé sur deux sessions, avec entre autres : Chico Whitaker (l’un des fondateurs du forum, figure incontournable de ce genre de séminaire), Jackie Smith, Michael Guerrero (cf. post précédent), des organisateurs locaux du forum de Detroit, et Michael Hardt (co-auteur de Multitudes et Empire, avec Toni Negri).

J’avais déjà pu rencontrer Michael Hardt à Copenhague (cf. mouvements.info). Detroit fut donc l’occasion de poursuivre les discussions entamées il y a quelques mois sur la question des communs (au cœur du dernier livre de Negri et Hardt, à paraître prochainement en français chez Stock) : côté FSM, l’un des projets actuels est d’identifier ce que seraient les « communs » aux différents forums : des éléments matériels/techniques (base de données des participants, matériel d’interprétation, sites web) ; humains (réseau d’interprètes et de traducteurs, équipes de développeurs web, etc.) ; et plus abstraits (la manière de poser une question en termes politiques, la conception de l’espace des forums, l’expérience acquise, etc.).

Pour Michael Hardt, les forums sociaux pourraient bien être ce qu’il appelle une « institution des communs » : leur gestion n’est en effet pas spontanée. Elle a besoin de s’appuyer sur des dispositifs concrets, des pratiques conscientes et volontaires. Ne reste plus qu’à traduire tout cela dans la manière dont on organise les forums sociaux… les discussions vont donc sans doute se prolonger !

Photo : Jean-Paul Duarte

Plans américains

Écrit par – 25/06/2010

Plutôt que de multiplier les posts sur l’ambiance au Forum social des Etats-Unis (USSF 2010), vous pouvez feuilleter l’album flickr ci-dessous (régulièrement enrichi). Les images valent plus que les longs discours et surtout m’évitent les descriptions laborieuses sur cet évènement complexe et riche en rencontres.

Le COBO hall accueille d’habitude des salons professionnels, comme le salon de l’automobile de Detroit par exemple. Le contraste entre les locaux hi-tech et le public si singulier est particulièrement saisissant. Plus…

Yankee at home !

Écrit par – 25/06/2010

Michael L. Guerrero est l’un des organisateurs du Forum Social des États-Unis. Présent à Porto Alegre dès 2002, pour le Forum Social Mondial (FSM) et est l’un des animateurs de Grassroots Global Justice (GGJ), la coalition états-uniennes des réseaux et mouvements impliqués dans le forum.

Assez rapidement, les organisateurs du FSM ont poussé les militants US à organiser un forum au sein même de « l’empire ». Ils souhaitaient que ce forum ait lieu au plus vite – avant les élections présidentielles de 2004, pour aider les mouvements à se renforcer et à construire une alternative populaire à Bush.

Mais GGJ a décidé de prendre le temps de préparer le forum, pour s’assurer que la participation soit réellement populaire – plutôt que d’organiser un forum social pour les « happy fews », rompus aux mobilisations internationales.

Prévu pour 2006, à Atlanta, le premier forum social des USA a finalement eu lieu en 2007 : à cause de l’ouragan Katrina, les organisations du Sud-est du pays ont dû revoir leurs priorités.

Plus…

Un peu de monde, c’est possible !

Écrit par – 24/06/2010

Detroit accueille le Forum Social des États-Unis (USSF 2010). La capitale du Michigan voit converger depuis quelques jours tout ce que l’empire américain compte d’ennemis intérieurs : pacifistes, écologistes, anticapitalistes, luddites, antiracistes, mouvement des droits sociaux, hippies, libertaires, gauchistes, féministes, minorités visibles ou invisibles…

La marche d’ouverture, festive et colorée, a traversé la ville de part en part. Partie du nord, la manifestion a suivi Woodward bd, Plus…